Dermatillomanie, grattage compulsif : la peau dans tous ses états!


dermatillomanie

Quoi de plus banal qu’un bouton? En général, les personnes « normales » le laissent tranquille, d’autres vont le percer puis le laisser gentiment cicatriser en n’y prêtant pas plus attention que ça…

Mais le dermatillomane, lui, n’a pas spécialement de problèmes d’acné et cherche carrément les boutons inexistants. Il ne supporte pas la moindre imperfection! Comme pour se « purifier« , il va chercher à pousser, gratter, voire même se charcuter méchamment. A tout moment de la journée il s’adonne à son rituel, que ce soit devant sa glace ou lors d’activités, devant la télé, devant l’ordinateur…

A l’affut du moindre comédon ou point noir, il s’acharne, ausculte le moindre recoin de sa peau, pensant vraisemblablement voir ses boutons disparaître avec ce geste… et c’est pourtant l’inverse qui se produit car la peau s’infecte, il y retouche sans arrêt, et c’est le cercle vicieux incessant.
Pire, c’est le drame quand la crise est finie et qu’il regarde son visage écorché vif! Bonjour honte, culpabilité!
Même si après coup, il se dit « maintenant stop, j’arrête! », il revient quand même à la charge et parfois même en se disant « un peu plus ou un peu moins… au point où j’en suis! ». C’est comme arrêter de fumer : « demain, j’arrête!!! » vous voyez le genre quoi!

Outre les boutons, il y a aussi les poils qui poussent sous la peau qui l’obsèdent car cela représente aussi une imperfection.

Il peut aller jusqu’à utiliser des ustensiles en tout genre pour en venir à bout : pinces à épiler, aiguilles, tire comédons, épingles…

Quand il trouve un minuscule point noir (après s’être acharné pendant un bon moment), il se dit, pour se déculpabiliser « ben voilà je savais bien qu’il y en avait un!!! ». Et il se sent bien et même fier d’avoir évacué de son corps cette vilaine impureté. « Après tout, ça valait bien le coup d’avoir une grosse marque… ».
Comme si c’était la vraie bonne raison à ce carnage épidermique qui peut quand même aller jusqu’à se retrouver avec des grosses cicatrices à la longue. Car la peau, même si elle est bien conçue, ne se renouvelle pas ad vitam æternam . Elle n’est pas faite pour supporter tout ça! Quand on tire trop sur l’élastique, il finit par lâcher!

Les grattages peuvent être centrés sur une ou plusieurs parties du corps (visage, cou, jambes, dos, etc…). Le pire, c’est le visage, car c’est ce que l’on voit en premier! C’est notre identité…

Avant propos

Tout d’abord, la dermatillomanie est une vraie maladie : c’est un TCI (trouble du comportement impulsif). Il fait partie plus précisément de la famille des CRCC (comportements répétitifs centrés sur le corps). Là où d’autres encore vont s’arracher les cheveux, se mordre les lèvres, ronger leurs ongles,… Regardez autour de vous et vous vous apercevrez que beaucoup de personnes souffrent de ce mal, à différents degrés.
On pourrait penser que c’est un TOC (trouble obsessionnel compulsif), mais la compulsion relève plutôt du contrôle excessif menant à un comportement voulu et obsessionnel. Tandis que l’impulsion (cas de la dermatillomanie) est une perte de contrôle menant à un comportement non voulu et qui soulage la tension.

Angoisses = grattage = honte, solitude = regrattage, et ainsi de suite…

Les raisons du massacre

L’ennui, la colère, l’excitation, la peur, la solitude et l’anxiété sont autant de facteurs qui entrent en ligne de compte.

La quête de la perfection et l’obsession des défauts

La personne a un manque de confiance en soi, ou veut toujours bien paraître… vous me direz alors pourquoi causer des dommages sur son apparence??? Oui mais en psychologie, la logique est souvent inversée…
Tout en sachant qu’elle n’atteindra jamais la perfection (ce qui la frustre encore plus au passage), elle continue… ça a un sacré côté sadique!

Le besoin d’équilibre

En fait, elle retranscrit au travers de sa peau ce qu’elle ressent dans sa vie : elle ne supporte pas qu’un côté de la nappe dépasse plus que l’autre donc elle va remédier immédiatement à ça (c’est un exemple simplissime, évidemment il y a des complications bien plus grandes, mais j’aime cette façon d’imager 😉 )! La moindre irrégularité sur sa peau la ramène à ses angoisses dans la vie. Rien n’est jamais bien équilibré alors elle cherche tous les moyens possibles pour y parvenir.

Le refoulement des émotions et les non-dits

La personne n’ose pas forcément exprimer ses émotions (les 4 principales sont la joie, la tristesse, la colère et la peur).

Pour le dermatillomane, montrer ses émotions négatives c’est se montrer faible, imparfait, et c’est risquer de provoquer un conflit.
Montrer sa joie, c’est pour lui perçu comme une perte de contrôle.

Les grattages sont un exutoire, parce que les émotions transpirent et qu’il faut bien qu’elles sortent d’une manière ou d’une autre!

Ensuite, faut camoufler

La double peine, c’est qu’il faut en plus trouver des astuces pour cacher tout ça

Pour le visage on sort l’artillerie : crèmes, fond de teint, poudre, coton-tige imbibé de fond de teint pour régler les derniers « détails ». Ça aide bien sûr mais rien n’y fait : ça se voit toujours, ça se voit qu’on essaye de cacher quelque chose, là en dessous! Il est possible de cacher les rougeurs, mais pas les reliefs…
Pour le reste du corps, le dermatillomane dégaine son écharpe et garde ses manches longues même par 18 degrés dehors. Il oublie les shorts, jupes et décolletés en été parce qu’il faut pas qu’on le voie comme ça!

Panser ses plaies psychologiques, ses angoisses : des méthodes pour chacun

Le psychologue pour réaliser une TCC (thérapie cognitive et comportementale)

Le psychiatre qui peut mettre en place un traitement anxiolytique et anti-dépresseur

Les exercices de relaxation et médecines douces :

– La Mindfulness (pleine conscience) qui est une méditation orientale
– L’Ayurvéda dont je parle ici, qui est aussi issu d’Orient
L’acupuncture, médecine chinoise
– Le Yoga
– L’hypnose
– L’homéopathie

Panser ses plaies physiques : réparer la peau décimée

Pour les personnes très atteintes, consultez un dermatologue.

Voici mon protocole habituel :

Nettoyez votre peau avec un gel moussant genre Dermalibour d’A-Derma. Il assainit la peau en évitant de l’agresser plus qu’elle ne l’est déjà.

Vous pouvez aussi vous faire un masque au Rhassoul pour assainir votre peau et la rendre plus douce. Et le gros plus : ça enlève les points noirs, c’est génial!!! J’en parle ici

Désinfectez les zones écorchées (Biseptine, Héxomédine…)

♦ Ce n’est pas superflu, vous pouvez pulvériser de l’eau thermale type LaRoche Posay

♦ Ensuite, calmez votre peau! Parmi les soins que j’utilise et que je préfère, j’ai nommé :

le baume réparateur apaisant Cicaplast de La Roche Posay dont je parle ici

la crème réparatrice apaisante Bioderma

Vous trouverez tous ces produits en parapharmacie, pharmacie ou sur internet par exemple chez Comptoir Santé, allez y faire un tour ils ont tout ce qu’il faut!

– En cas de panne de crème ou en complément, faites un masque miel + cannelle (soit tout le visage si vous êtes courageux, soit juste aux endroits affectés), la recette ici. Ce soin home made ne coûte rien et il est vraiment hyper efficace!!!

laroche posay cicaplast baume creme réparatrice bioderma

Quelques conseils pour faire doucement cesser les rituels de grattages

♦ Ne bloquez pas trop longtemps devant les miroirs, juste le nécessaire et c’est tout!!! Je sais, c’est difficile, mais il faut lutter autant que possible, parce qu’à chaque reflet vous allez inspecter votre peau!
♦ Dites-vous que c’est pas beau ces marques que vous vous infligez… et que vous seriez tellement plus jolie avec une peau lisse
♦ Lorsque vous êtes chez vous, aux moments les plus propices aux crises, appliquez-vous le masque miel + cannelle. C’est 2 en 1 : ça aide à cicatriser et puis vous n’y toucherez pas au risque d’avoir les doigts tout collants 😀
♦ Utilisez des anti-stress type aimants chez Nature et Découvertes, pour occuper vos mains!
♦ Occupez-vous un maximum
♦ Relaxez-vous autant que possible
♦ Faites du sport : ça aide beaucoup niveau mental
♦ Pour vous confronter à votre mal et provoquer chez vous un électro-choc : faites une photo de vous au pire des crises (avec le flash s’il vous plait… c’est mieux, enfin pire…), et lorsqu’une nouvelle crise arrive : regardez cette photo! (croyez-moi, c’est différent que de se regarder dans la glace).

Bibliographie

La peau et ses états d’âme, Danièle Pomey-Rey

La peau : reflet de votre état physique et psychologique, Martine Fabre

Bien dans sa peau, bien dans sa tête, Danièle Pomey-Rey

 

Si vous en souffrez ou que l’un de vos proches en souffre, j’espère que cet article vous aura aidé ou éclairé. Pour moi, il a été une sorte de petite auto-thérapie et de remise en question. Ce fut long, mais il fallait bien ça! Et si vous avez lu jusqu’ici, vous êtes donc réceptif et l’idée de vous soigner fait son chemin. Je ne peux que vous encourager à vous prendre en mains 🙂 Et n’hésitez pas à laisser un commentaire sur le sujet, ou à partager votre souffrance…

Publicités

24 réflexions sur “Dermatillomanie, grattage compulsif : la peau dans tous ses états!

  1. Bonjour Karen,

    Merci beaucoup de cet article et merci également pour les commentaires des internautes. Depui 2 ans seulement, (et en même temps c’est beaucoup), mon père est visiblement atteint de la maladie que vous décrivez. Il se gratte en permanence, quand je dis en permanence, c’est en PERMANENCE ! Que de très rares moments de répits. Sur l’ensemble du visage et plus particulièrement front, joue et menton, et parfois les bras… Cela a dû commencer suite à un eczéma qui lui a fait peler le visage de façon spectaculaire et pour lequel il a eu beaucoup de mal à enrayer les pelures. Depuis, nous en avons parlé aux médecins, aux infirmières (mon père est très entouré médicalement car il a une maladie chronique), mais ils ne comprennent pas à quoi c’est dû.

    Il semble cependant qu’il y ait une grosse différence avec ce que vous décrivez : mon père ne semble pas vouloir s’arrêter, il y a dans ce geste compulsif comme une agressivité tourné vers lui, mais aussi vers les autres : « vous me dites d’arrêter… Je m’en fous, je continue !!! ».  » Ca vous irrite ? Je vous em…. ! ». Parfois, on dirait qu’il exagère les gestes de grattage jusqu’à ce que l’autre en face craque et n’en puisse plus et s’énerve contre lui. Nous avons bien-entendu tout essayé (crème, gants… Le plus efficace étant bien entendu de lui prendre la main… Mais quel esclavage!!!).

    Je pense que l’ennui, l’anxiété, la peur, la frustration… soient les moteurs de ce grattage continuel. Le mieux serait certainement qu’il aille voir un psy, un comportementaliste spécialiste des TOC (on m’a communiqué un nom), mais à vrai dire j’hésite car je ne suis pas sûr qu’il ait envie que ça s’arrête, cela semble être devenu un moyen pour lui d’exister au monde et aux autres… C’est un rebelle et c’est un moyen pour lui de montrer son agressivité !

    Pendant longtemps, je me suis énervée beaucoup, j’essayais de le raisonner, je lui disais qu’il se mutilait, qu’il risquait d’avoir des problèmes d’infection grave (ce qui est vrai), que ça abîmait les relations avec les autres, qu’il faisait souffrir les autres avec ce comportement « asocial »… Puis j’ai tenté la manière frontale, se fâcher, en lui disant que c’est franchement « dégoûtant » de le voir faire (c’est vrai qu’à table, c’est particulièrement éprouvant!). Rien n’y a fait,..

    Depuis seulement 2 mois, j’ai réussi à me détacher de ses grattages et ne lui dit plus rien… Il continue de se gratter en permanence, mais au moins, je suis plus détendue.

    Si vous arrivez à comprendre ce qu’il ressent, ce que vous pouvez me conseiller sur ce que je peux faire… Merci à vous…

    J'aime

  2. BRAVO ET MERCI POUR VOTRE ARTICLE
    Je pense qu’il va m’aider car je suis sujette de cette maladie depuis très longtemps. A 45 ans je veux m’en sortir pour ma fille et moi-même. Votre article est très bien et avec beaucoup de motivation j’espère y arriver. Je vais commencer par aller voir mon médecin faire une séance d’hypnose et suivre ton protocole pour penser mes plaies qui sont nombreuses en ce moment malheureusement car je suis très nerveuse et soucieuse de notre avenir. Je sais que tout le monde a ces soucis mais je crois effectivement que me gratter me fait du bien et du mal à la fois. C’est terrible à dire. Pour cela ton article est très utile et me permet de voir que je ne suis pas seule à vivre cet enfer.
    Merci encore
    Karen

    J'aime

  3. bonjour!
    je me retrouve dans le même cas que vous, j’essaye aussi de m’en sortir mais en vain…
    avez-vous lu des livres sur le sujet, est-ce que cela vous a aidé à vaincre cette « foutu » derma?
    je cherche vraiment à m’en débarrasser, et pourquoi pas discuter avec d’autres personnes pour se soutenir et réussir à arrêter !!

    J'aime

    • Bonjour, je suis aussi sujette de cette maladie depuis très longtemps et j’essaie de m’en sortir car cela devient de plus en plus handicapant. L’article de Karen (une Karen comme moi lol) est très intéressant et je l’en remercie car il va m’aider. Je dois faire une séance d’hypnose avec mon médecin et j’aimerais voir un psychologue. Je vais suivre les conseils de karen pour penser mes plaies physiques. Déjà, ça fait du bien de savoir que je ne suis pas seule à vivre cet enfer. C’est plus fort que moi même si je sais que c’est vraiment pas beau. Heureusement, mon visage est épargné. Peut-être la coquetterie qui est plus forte et tant mieux. Mais le corps… les bras, les jambes, les épaules, le dos et les fesses ne sont pas épargnées. Je n’ose plus aller à la piscine alors que je devrais y aller pour mes problèmes de cervicale. c’est une très bonne idée de parler à plusieurs on pourrait s’en sortir plus facilement. Moi j’ai 45 ans et l’analyse de Karen me correspond tout à fait. Je m’en rend compte maintenant. Je dois avoir plus confiance en moi. Je viens de perdre 10 kg car j’étais trop forte. Je voudrais en perdre encore 15 pour être bien dans ma peau. C’est ma fille de 17 ans qui m’a motivé et je voudrais aussi faire ça pour elle. C’est aussi pas terrible pour elle qui me traite comme une gamine quand elle me surprends à me gratter et c’est vraiment pas un exemple. Je dois me dépasser pour qu’elle ait une bonne image de sa mère. Bises et au plaisir de vous lire.
      Karen

      J'aime

  4. Bonsoir
    jai 31 ans et souffre de ce mal depuis presque 10 ans…lire votre article me fait me sentir moins seule…. cela fait des annees que jessaie de sortir de cette spirale infernale… au debut cetait mes bras car jai une kératite donc une multitude de petits boutons (un vrai terrain de jeu…) sauf que l’été arrivant jai trouvé un autre endroit moins visible : mon dos que je gratte inlassablement a la moindre aspérité et c’est un vrai canage…jai beau me culpabiliser me tenir des propos hyper durs pour provoquer un électrochoc, appliquer des cremes cicatrisantes de toute sorte mais le dos et surtout le bas du dos met un temps dementiel a cicatriser ce qui provoque des rechutes puisque malgré tous mes efforts sur un mois voire plus cela ne disparaît toujours pas… et pourtant je suis parfaitement consciente que ma vie est loin detre mediocre que jai la chance detre aimé davoir du travail et des amis et que de nombreuses personnes sont loin davoir ma chance et que je suis vraiment une pauvre fille pour minfliger ca quand je pense aux autres qui ont de vrais problemes, que je ne merite pas mon mec (je demande meme ce quil me trouve) rien n’y fait … admettre quon a un reel probleme psychologique est peut etre un début de solution. Merci en tout cas pour avoir ecrit cet article et mavoir permis de mettre un mot sur mes maux (aussi ridicules soient ils)

    J'aime

    • Salut, je viens te demander si tu as déjà creusé pour savoir d’où pouvait venir ce problème psychologique (ça ça l’est comme tu evoques en fin de message) si le reste de ta vie est positif ?

      As-tu souffert/vu souffrir quelqu’un de ta/sa beauté ?
      Ou l’inverse ?

      Perso je suis arrivé ici en cherchant des infos sur les suites psychologiques d’acné lors de la jeunesse

      J'aime

      • Bonjour ALN
        bien sur je mesuis longuement interrogee sur les raisons qui me poussent a faire ca mais je nai jamais trouve lelement declencheur…surement la conjonction dun fort stress dune intransigeance et dexigence extrêmes… tout va bien dans ma vie jai un boulot une vie de couple stables etc mais des que jai un pic de stress ou une frustration voila que je me surprends a me gratter !
        en revanche je ne suis pas sûre de comprendre le sens de ta question : « As-tu souffert/vu souffrir quelqu’un de ta/sa beauté ? Ou l’inverse ? »

        J'aime

  5. coucou!

    pas très encourageant ce que je vais dire: je traine ça depuis 25 ans…
    Parfois je lâche du lest, certes, et même, sûre de moi j’affirme que là c’est vraiment fini… Mais non « it’s back again »
    Je ne désespère pas!! La preuve je lis vos articles et commentaires
    Merci infiniment pour cet article:)

    J'aime

  6. Bonjour à tous.
    Je souffre depuis l’âge de mes 13 ans de ce TOC… J’en est 19 aujourd’hui.
    Je me focalise sur le visage, quelques fois sur le dos et décolleté. C’est pas facile de vivre avec ca.
    On as pas vraiment confiance et ca nous complexe…
    Il faut qu’on se réunissent tous ensemble !! et s’encourager… Surtout oser en parler car on est pas les seuls, cela existe dans le monde entier.
    https://www.facebook.com/RassemblementDermatillomanie
    Bon courage à tous. !! Rejoignez-nous à bientôt ! Bisous

    J'aime

  7. Coucou,
    Merci pour cet article, pour ma part, je souffre de dermatillomanie depuis que je suis toute petite. J’ai 17 ans, au début je me rongeais les ongles jusqu’à mes 14-15 ans en plus de me gratter et de manger les petites peaux des doigts vers mes 12 ans.
    Arrêter de me ronger les ongles et la peau des doigts est une vraie victoire pour moi, j’en ai mis du temps, j’avais tout essayé (vernis amer, crème, vernis, pansements) car j’avais la peau à vif, presser un citron était un vrai supplice.
    Mais malheureusement, cette dermatillomanie est passé sur mes pieds, au début j’enlevais une ou deux peaux (je sais c’est dégoûtant).
    C’est en seconde que ça a commencé donc quand j’avais 15 ans et ça continue aujourd’hui et c’est de pire en pire. Il m’arrive même de me faire saigner, j’ai beau essayé plusieurs méthodes telles que le gommage des pieds, les crèmes réparatrices, mais je replonge à chaque fois car la peau qui se régénère laisse encore quelques petites peaux à la surface et cela me suffit pour tout examiner et « scalper » avec divers outils, car ça me soulage de gratter ou d’enlever de la peau (malheureusement).
    Ça me prend facilement 1h voir plus si j’ai le temps, ce qui m’handicape dans ma vie, je n’ose plus mettre de sandales, me mettre pieds nus devant des gens, vu que ça me prend du temps, je perds du temps à faire autre chose (lire, faire mes devoirs, faire du sport etc..), en plus de me faire quand j’en file des chaussures et quand je marche encore heureux que je ne souffre que quelques minutes, même pour prendre une douche ça me fait mal si il y a quelques endroits à vif, ça me gêne quand je suis d’ailleurs avec mon copain, je suis toujours en chaussettes chez lui mais avec l’arrivé du printemps, ce sera plus difficile de le cacher.
    Ma mère ne me prend pas au sérieux quand je lui dit que ça me gratte t que la seule façon de me soulager c’est la gratter jusqu’au sang ou de la scalper. Elle me dit simplement qu’il faut que j’arrête mais ce n’est aussi facile que ça a en l’air.

    Vu que je suis en vacances, j’essaye d’être motivée pour arrêter faisant un compte rendu chaque jour avec un calendrier, tout en notant les inconvénients de cette dermatillomanie (ongles dédoublés à force de gratter, la douleur etc…) et de garder ce papier sur moi au cas où, en plus de ton idée de prendre une photo en cas de grosse crise et de la regarder à nouveau dès qu’on en ressent l’envie (j’avais fait ça pour mes mains, pourquoi n’y ait-je pas pensé plus tôt!).
    Désolé du roman que je viens d’écrire ^^’ ( c’est plus fort que moi) mais je souhaite un bon courage à tous ceux qui en souffrent car je sais que ce n’est pas facile de s’en sortir mais qu’on peut y arriver (quand je parle de mains ici), et j’espère en guérir à nouveau vu mes pieds que je maltraite. Bref j’arrête de parler et bon courage à tous et merci d’avoir prit le temps de lire mon roman :’)

    Aimé par 1 personne

    • Coucou Magali,

      En effet, le fait de « réparer » sa peau, ça va un moment, on est fiers sur le coup et puis on a vite fait de replonger pour un oui ou pour un non et quelque part, ça fait plonger dans un sentiment d’échec complet !!! Mais comme je dis, faut pas désespérer… l’esprit peut être plus fort qu’on ne le pense !

      Ton idée de notes est pas mal, ça permet d’aider à prendre conscience de « la chose » si on peut dire, ou tout du moins des conséquences quand même désastreuses soyons honnêtes :S

      Courage !

      J'aime

  8. Bonjour, j’ai 15 ans et j’ai simplement besoin de m’exprimer.
    Quand je parle à ma mère de mes boutons en intégrant le mot « maladie » elle me dit qu’il faut que j’arrête de lire des bêtises sur Internet mais si j’emploie ce mot c’est parce que j’ai besoin qu’elle s’inquiète, qu’elle croit en ma « guérison » et qu’elle ne me fasse plus culpabiliser (« J’espère que t’es contente de toi, viens pas te plaindre après. »par exemple)
    De plus, j’ai des gros problèmes depuis la primaire avec la solitude. Je le supporte très mal et je sais que le fait de me ronger les ongles, les lèvres et de me charcutier la peau vient de là alors j’ai demandé une séance de psy à ma mère. Malheureusement, le prix est trop cher pour seulement une séance…
    Voilà voilà, ça fait du bien 🙂
    PS: Je vais m’acheter quelques produits recommandés sur differents sites pour ce type de « TCI », j’espère que ça m’aidera à calmer le résultat de mes « triturages »

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Audrey,

      Il faut à tout prix éviter de te culpabiliser encore davantage… Je sais, ce n’est pas chose facile, d’autant plus si ton entourage n’est pas toujours compréhensif.

      Qu’as-tu acheté comme produits? T’ont-ils aidé un peu?

      Saches que tu peux très bien te rendre ENTIÈREMENT GRATUITEMENT dans le CMP (Centre Médico Psychologique) dont tu dépends, ou le plus proche de chez toi.

      Tu pourras y rencontrer des infirmières, des psychologues et même des psychiatres et tu seras toujours suivie par les mêmes personnes.

      Les délais de RV peuvent parfois être longs, mais au moins c’est gratuit et puis il ne faut pas croire que les psys y soient plus mauvais ou « incompétents » qu’en ville 😉 c’est comme partout en fait, il y a des bons et des mauvais et il n’y a pas d’à priori à avoir.

      En espérant t’avoir un peu aidé. N’hésites pas. A bientôt.

      J'aime

      • Bonjour merci de votre réponse et désolée pour ma réponse tardive.
        En ce qui concerne les soins, après chaque crise j’applique le beaume réparateur de La Roche Posay, et je fais un masque d’argile tous les dimanches, sans oublier la toilette quotidienne si on peut appeler ça comme ça 🙂
        De plus, le soir, à l’aide d’un coton je passe un peu partout sur ma peau du vinaigre de cidre de pomme, si je me souviens bien. Est-ce une mauvaise idée?

        Pour les séances de psychologue gratuites, j’en avais parlé ma mère qui avais répondu « ah bon c’est bien » puis on en a jamais reparlé…

        Je commence finalement à m’y faire petit à petit, même si j’appréhende un peu ma rentrée au lycée l’année prochaine

        À bientôt et merci de votre compréhension

        Aimé par 1 personne

      • Coucou Audrey

        Oui le vinaigre de cidre est parfait : antiseptique et asséchant, tout en donnant un coup de pouce pour rééquilibrer le pH de ta peau qui en prend une claque !

        Bon courage pour ta prochaine rentrée… oui la vie est faite de périodes stressantes qui ne font que réveiller les vieux démons, c’est pas simple !

        Tu vas y arriver, il faut persévérer même si tu flanches par moments 😉

        J'aime

  9. Bonjour, je souffre de « grattages compulsifs » depuis + de 20 ans, sur toutes les parties du corps (autres tocs également). Une solution qui a fonctionné, en ce qui me concerne : je me suis faite poser des ongles en résine. Ces ongles sont plutôt épais et rendent difficiles l’arrachage des croûtes, non sans une certaine frustration mais, on y gagne une peau « guerie », à terme. D’ailleurs, lorsque je retire mes faux ongles, je repars dans une frénésie de grattage et m’ empresse d’en faire poser à nouveau. Voilà, bon courage à tous.

    J'aime

    • Bonjour Belou,

      En effet, chacun trouve ses propres astuces +/- efficaces!!! Merci de partager les tiennes. C’est sûr que c’est un vice… et dès que l’occasion se présente, le carnage recommence!

      Bon courage à toi!

      J'aime

  10. Pingback: Dermatillomanie, grattage compulsif, la peau dans tous ses états! Round 3 | Karen, naturellement yin & yang

  11. Pingback: Dermatilomanie, grattage compulsif, la peau dans tous ses états! Round 2 | Karen, naturellement yin & yang

Par ici pour me laisser un p'tit commentaire ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s